Nous partons au Japon

Ça y est, tout était fait, tout était payé : logement, avion et réservation des cours de japonais. Un mois à Tokyo à partir de juillet. 

Comme nombre de gens nés dans les années 80, nous sommes des enfants du Club Dorothée et des adolescents d’internet. La culture japonaise, c’est en quelque sorte notre madeleine de Proust. Et bien que cela fit plusieurs années que nous nous disions : « Tiens, nous irions bien au japon », nous remettions ce projet ad vitam aeternam. 

Mais cette année, la décision fut prise. Nous partions pour un mois dans la capitale japonaise et à compter d’aujourd’hui trois mois nous séparaient du décollage de l’avion. Tokyo et ses 40 000 000 d’habitants, nous arrivions. 

Un mois tout entier pour découvrir l’un des mondes les plus atypiques. Un mois pour voir l’endroit qui a vu la naissance de nombre de nos héros. Un mois pour goûter une des meilleures cuisines du monde. Que rêver de plus? Mais peut-être que vous demandez-vous pourquoi un mois ? 

Depuis longtemps, nous avions remarqué qu’une longue période était la meilleure façon de se déconnecter ; à condition d’avoir à faire, car la plage, ce n’était pas notre truc. Nous préférions visiter. Mais visiter pendant un mois, ce serait long alors, quand nous pouvions, nous partions prendre des cours. New York, c’était l’anglais; Amsterdam, c’était le néerlandais; Tokyo, cela serait le japonais. Surtout que ce n’était pas comme si nous n’avions pas déjà essayé de l’apprendre par nous-mêmes. Cela faisait quand même deux ans que nous voulions nous mettre à l’apprentissage de cette langue , au point de collectionner les méthodes d’apprentissages sur nos étagères ; mais rien de probant. Là, maintenant, nous n’avions plus le choix :-D. 

Language & Travel

Nous partions avec Language and travel. L&T est une petite entreprise belge bien loin des monstres qu sont EF, WEP, et autres… Basée à Bruxelles, L&T s’était occupée de nous lors de notre voyage dans d’autres grandes villes , que ce soit New York ou Amsterdam. 

Concernant le WEP, nous n’avions pas du tout été emballés par leur offre; et concernant l’EF, voici la mésaventure à laquelle nous fûmes confrontés lors d’un précédent voyage.

Avant de partir à New York, nous avions un peu comparé les agences de langues et nous étions tombés sur l’offre de l’EF. Nous avions demandé un devis. Première stupéfaction: Lorsque nous le reçûmes , vu que nous partions en juillet-août , les prix étaient majorés de 150 euros. Frais de vacances qu’ils disaient. Ils étaient déjà dans le top des entreprises le plus chères du marché , et pourtant, aucune gêne à demander 150 euros de plus, simplement parce que nous partions durant les mois de chaleur.

Mais cela n’était pas le pire. Bien que le prix fût un des prix les plus élevés qui soient , si le service était là, pourquoi pas ? Or, pendant longtemps, impossible d’obtenir des renseignements concrets sur le voyage. 

Déjà, à peine le contact pris pour un devis, le spam commença. Nous étions appelés sans cesse. Agressé au téléphone tous les jours. Impossible de réfléchir. Ils voulaient que nous signions le plus rapidement, sans comparer quoi que cela soit. Normal quand vous êtes le plus cher. Et la conversation allait toujours dans le même sens : eux me demandaient quand nous signerions, mais nous ne pouvions pas avoir des renseignements précis. L’exemple le plus flagrant: impossible de connaître était d’avoir l’adresse exacte de l’endroit nous logerions.

Ce que EF nous vend. La réalité est un peu différente.

Car si vous allez sur le site d’EF, vous verrez une image (ici en dessus) donnant des envies d’évasion. C’est New York, n’est-ce pas ? Eh bien n’y comptez pas ! Avec EF, vous partiriez à New York « l’État » et non New York City, la ville. Leur centre se situe à 40 kilomètres de là, à TarryTown.

1h53 entre Manhattan et EF school.

Cela avait l’air d’une belle ville, mais entre la « Skyline » et une petite ville style ville profonde d’Amérique … pour nous, c’était de la publicité mensongère. Il aurait fallu prendre le train pendant deux heures pour arriver en plein centre de Manhattan. Alors oui, vous alliez à New York mais dans l’État de New York. À noter que probablement d’autres personnes ont dû se plaindre depuis car maintenant, l’adresse est bien mentionnée sur le site (chose impossible il y a quelques années).  

Autre point : l’endroit était un campus rempli d’étudiants étrangers et fermé à tout contact avec les autochtones. Pour apprendre une langue, c’était pas terrible. Et comme pour visiter New York, nous aurions dû faire 2 heures de train tous les matins et tous les soirs…, nous avons dit  “non merci”.

À titre de comparaison, avec L&T, l’école se trouvait à Brooklyn, pile-poil en face de la Skyline, pile-poil au bord de l’eau. En clair, tous les jours nous avions vue sur la statue de la Liberté et tous les jours, nous passions par la 5e avenue. Et avec une application comme Meetup, nous avons rencontré nombre d’Américains. C’était un moyen bien plus efficace pour apprendre une langue. Nos photos se trouvent ici.

Pour le Japon donc, nous étions clairement décidés à repartir avec L&T. Nous savions où se situait l’école (quartier Shinjuku, la gare la plus utilisée du monde) et notre logement n’était pas bien loin (10 minutes en train/métro). Tout était clair, simple, basique.

Une fois notre choix fait et le paiement effectué, nous avons commençé à rêver, ainsi qu’à faire quelques recherches. Déjà apparurent deux trois-points qui nous étonnèrent :

  • Le Japon, c’est loin mais c’était encore plus loin en avion. 17 heures d’avion avec une escale de deux heures dans un pays du Golf. Nous allions devoir décoller un samedi matin à 11 h et atterrir le dimanche qui suit à 13 heures. 
  • Point de passeport, aucune démarche administrative nécéssaires (comme l’ESTA pour NY ou autre) un passeport européen valide était largement suffisant pour cette courte période (et ça, c’était cool). 
  • Clairement, il n’existait pas de randonnées dans Tokyo. Impossible de trouver un Tokyo by walk un peu dépaysant tel qu’un Bruxelles ou un New York à pied. Il existait bien quelques livres qui nous promettaient de visiter Tokyo autrement, mais rien de transcendant. En fait, en lisant ici et là, on comprenait que Tokyo ne serait clairement pas fait pour les marcheurs.

Mais bref, nous partions dans trois mois au Japon et ce, pour un mois. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s