32 — Les plages de Mercurian

18 avril 2300

Chères toutes et chers tous. Comment allez-vous aujourd’hui  ?

Ah, les plages mercuriennes ! La spécialité locale. Chaque quartier est entouré de son propre endroit paradisiaque, qui lui-même est entouré d’une vaste étendue d’eau (avant de rencontrer le dôme). Contrairement aux holos qu’on trouve dans le cloud et à l’idée répandue, sur Mercurian, il y a des marées. L’eau se retire jusqu’à une vingtaine de mètres. C’est assez impressionnant à voir, et cela vient du fait que cette eau sert avant tout à refroidir et gérer la température des fours solaires qui se trouvent en dessous. C’est cette même chaleur qui régule l’ensemble de la station.

Nous ne restons ici qu’une dizaine de jours, mais pour chaque jour, nous avons décidé de changer de dôme et donc de changer de plage. Le climat dépend évidemment du type de four sur lequel le dôme a été construit. Par exemple, Showusata possède un climat tropical ; Saint-Gerdi est le quartier le plus chaud, c’est aussi le plus petit et celui dont l’étendue d’eau peut le plus reculer. Cela est dû à son four, SG1 est le seul à être entièrement orienté plein soleil, et donc à ne pas être aligné avec les autres. Mais quel bonheur de se baigner dans cette eau chaude ! Saint-Gerdi a pour petit nom « le grand sauna », et maintenant, je sais pourquoi. 

Ce matin, nous sommes allés dans le dôme rocailleux. C’est le quatrième dôme en partant. Il y en a pour une petite heure de tube. Il est connu pour ne pas être simplement un demi-dôme urbain. Son plateau est parsemé de demi-astéroïdes découpés formant ici et là des criques sablonneuses. Je me suis demandé comment ils avaient réussi à construire cela, mais mon connecteur fut assez bavard sur ce sujet. C’était il y a plus de cent cinquante ans, quand on autorisait encore le prélèvement des astéroïdes dans la ceinture, avant qu’on ne se rende compte que cela jouait sur la gravité de tout le Système solaire. Ils ont été découpés et ramenés jusqu’ici. Puis on y a planté de la végétation, qui maintenant joue ici un rôle de cohérence et de continuité entre le noir abrupt des rochers et le jaune et bleu des plages.

Concernant les astéroïdes, ne soyez pas étonnés d’en voir passer de temps en temps au-dessus de vos têtes. Ces fours gigantesques servent justement à leur création (par plasma-refroidissement, ou je ne sais quoi). Une fois qu’ils sont créés, ils sont envoyés dans la ceinture entre Mars et Jupiter.

 Je sais ce que vous allez dire. Pour l’instant, nous faisons surtout de la plage, mais nous sommes ici un peu pour cela, non (après avoir travaillé) ? Nous comptons quand même visiter quelques merveilles de Mercurian et autres musées (surtout le cimetière de commémoration de l’Incident 65), mais quand  ? Nous n’avons encore rien planifié. Je vous tiens au jus. 

À plus pour d’autres nouvelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s