26 — Problème avec un des satellites

11 février 2300

Chères toutes et chers tous. Comment allez-vous  ? Le labo, on a un problème (vieux proverbe du début du millénaire). 

Le satellite Xenoblade a été heurté par un petit détritus. Xenoblade, c’est un satellite de recherche d’intelligence artificielle. Il scrute la galaxie à la découverte de traces d’autres civilisations. Mais lesquelles, me direz-vous  ? Car comme je vous l’ai dit la semaine dernière, la communication par ondes électromagnétiques est devenue obsolète (sauf pour les feux d’artifice).

Mais d’abord, quelques explications. Comme j’ai dû comprendre comment ça marche, tester les avaries, etc., j’ai dû me pencher sur son fonctionnement. 

Comme vous le savez (par culture générale ou souvenir des cours de secondaire), toutes les communications fonctionnent grâce aux signaux quantiques (intrication, superposition, changement de phase, tout ça, tout ça). Nous avons tous appris que grâce à deux particules intriquées, on communique plus rapidement (ce n’est que de l’information, mais c’est déjà pas mal). 

Supposons que je veuille envoyer un message à mes parents qui se trouvent sur la Lune, aujourd’hui à dix heures précises. Si nous utilisions les très anciens systèmes de communication (signaux électro-magnétiques), cela mettrait une dizaine de minutes entre chaque message. Aujourd’hui, voici ce qui se passe : j’intrique un message et instantanément, il se désintrique de l’autre coté (les joies de la science). Il n’a pas été transporté, il est créé de toutes pièces sur la Lune une fois que j’appuie sur envoi. Il n’y a pas de messager, seulement une apparition instantanée. 

Or, cette création crée une perturbation quantique par message créé. C’est une perturbation infime, invisible à l’œil nu, et même invisible pour les meilleurs détecteurs. Cette perturbation est de l’ordre de 1* 10^-35 ou 0,000 000… 35 zéros puis un 1. C’est peu, très peu sauf si les perturbations sont nombreuses et synchronisées. 

DeepShell, par exemple, ne fait seulement qu’un million de qbit. Cet ordinateur quantique tourne autour du Soleil (vu la quantité d’énergie dont ont besoin les ordinateurs quantiques, tous se situent entre Mercure et le soleil, mais il n’y a personne ; toutes les données sont rapatriées ici). C’est lui qui calcule entre autres la météorologie solaire. Lors de ces calculs, les perturbations quantiques, lorsqu’elles sont en phase, peuvent atteindre 10^-34. Cette valeur est tout aussi minuscule que l’autre, mais imaginez un ordinateur de la taille d’une planète. DeepShell a du mal à calculer les vents solaires à plus de 4-5 jours. Une civilisation ultra-avancée devrait avoir créé un ordinateur de la taille d’une planète, et si c’était le cas, les scientifiques prédisent qu’à1^20 qbit la perturbation serait de l’ordre de 10^-25. Et à 10^-25, Xenoblades pourrait le capter. Voilà ce que le télescope pourra accomplir (je vous mets des liens pour de plus amples explications). 

Pourquoi je vous parle de tout cela, me direz vous  ? Parce que je vais y aller de mon propre gré. La réparation du satellite est programmée pour le 8 mars prochain et mon manager m’a demandé si je voulais les accompagner. En route vers l’un des objets les plus lointains qui existent. 

À plus pour d’autres nouvelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s