25 — Deux premières semaines à l’observatoire

4 février 2300

Chères toutes et chers tous. Comment allez-vous aujourd’hui  ?

Comme dit récemment, il existe une multitude de télescopes braqués dans tous les sens (vers le Soleil, vers le cosmos, etc.). Beaucoup de pannes sont signalées et il faut prendre des décisions. La première est d’avoir une confirmation du problème. La deuxième est de savoir si l’on sait la réparer à distance ou bien trouver un workaround  ; la troisième : est-il impératif de réparer  ? Et si nous devons réparer, devons-nous commander des pièces, faire des pièces, etc. ? Enfin, peut-on juste envoyer un répabot, ou bien est-on obligé d’envoyer une équipe humaine ?

Moi, je suis au point un et deux. Sur mon connecteur, toutes les alertes arrivent, et je confirme si oui ou non le problème est réel. Pour prendre une décision, pas de miracle, je regarde les images, les données et je les compare aux batteries de tests faits en laboratoire. Ensuite, je transmets tout cela au chef d’équipe (qui est le seul à être habilité à prendre des décisions). S’il me dit que j’ai bien travaillé : — D, je cherche tous les workaround possibles à l’aide de mon connecteur et je prépare un dossier récapitulatif, puis je recommence pour un autre. 

Depuis ma présence dans cette équipe, j’ai déjà administré une petite cinquantaine de dossiers. À croire que bon nombre de télescopes sont mal conçus (mais j’ai appris que c’était normal), beaucoup de problèmes sont bénins. En outre, beaucoup de pannes proviennent de satellites faits par les étudiants des écoles et des universités dans le cadre de projets (un bon moyen de trouver les futurs ingénieurs en astrophysique, etc.), sans parler des satellites fabriqués par des amateurs en astronomie qui, s’ils connaissent le savoir, ne possèdent probablement pas le savoir-faire. 

Concernant les projets des écoles, cela rentre dans le cadre de leurs formations, et le Labo est ravi d’y participer. Quant aux projets de groupes de passionnés d’astronomie, c’est surtout la loi qui oblige, car certains scientifiques rechignent à consacrer leur temps à des gens qui espèrent encore découvrir une civilisation en cherchant des signaux électromagnétiques. Nos cours d’exobiologie générale sont pourtant clairs à ce sujet. Mais bon, je pense que le narcissisme complète la stupidité avec grandiloquence. Et puis moi, cela me donne du travail. :-D

Pour Grétory, c’est un peu plus compliqué. Le projet ayant une importance capitale (le gouvernement y étant fortement impliqué), il a d’abord dû passer quelques tests, mais ce n’était pas très dur. Maintenant, son job consiste en la vérification du travail robotique. Une fois qu’une main astéroïde a fini son travail, il vient contrôler en effectuant une batterie de tests. Il doit aussi prendre des holos et les archiver en tant que preuve du travail de l’astéroïde.

En parlant de cette ceinture, nous avons appris qu’il existe des camps de vacances qui permettent à qui le veut d’aller aider à la reconstruction. Intéressant qu’on se renseigne sur cela. 

À plus pour d’autres nouvelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s