19 — Fin du mois de travail

10 décembre 2299

Chères toutes et chers tous. Comment allez-vous  aujourd’hui  ?

Deux mois de travail, check. C’est même écrit dans mon cloud. De surcroît, notre service citoyen vient de diminuer à tous les quatre. Ce n’est pas flagrant pour l’instant, mais lorsque notre second job sera terminé, il ne nous restera que la moitié de ce qui était prévu. 

La dernière fois que je vous ai donné des nouvelles, je vous expliquais la semaine de folie concernant la retransmission des matchs de Graviball (les qualifs de la GC-SW). Depuis, il n’y a rien eu de bien excitant. Juste un travail bien sympa situé entre la monotonie des attractions (bien que toujours magnifiques) et l’imprévisibilité des gens. Sur la fin, je fus affectée à l’un des bars. Je devais m’assurer que les robots fonctionnaient, nettoyer, ranger, resservir, etc. Et la place de barmaid, il n’y a pas mieux pour tout entendre. 

Ah, les gens… Si à l’embarcadère, ils essayaient de se montrer sous leur meilleur jour, très vite, ils reprenaient leurs habitudes. Et nous, pauvres petits travailleurs, on nous oubliait, on passait inaperçus, mais nous étions loin d’être transparents et sourds. Je pourrais raconter tant d’histoires plus tard… Plus jamais je ne parlerai de choses personnelles devant un barman ou un barobot.

Je pense que l’histoire la plus drôle, c’est celle de cette personne qui, venue en famille, n’aurait jamais imaginé que son deuxième amour serait aussi du voyage. Le pauvre, il ne savait comment faire pour leur éviter de se rencontrer. Le vaisseau est grand, tout comme le hasard. En discutant avec Yosméria (et en lui décrivant ce passager), elle comprit alors pourquoi elle le croisait de temps en temps dans un couloir de cabines qui n’était pas le sien. Chaque fois, son connecteur le mettait en couleur avec un message : « Personne perdue, proposer de l’aide  ». Il avait toujours refusé, il ne devait pas être si perdu que cela.

D’autres discutaient et certains jouaient. Tout comme mon imagination à l’entente de bribes d’histoires. Pour le reste, je suis remplie de tristesse de quitter une équipe aussi fantastique. Je remercie tout l’équipage du MSC Saturn-3 pour nous avoir accueillis. Ils se sont montrés super sympas, et cela n’a pas été facile pour eux tous les jours avec nous quatre. Mais qu’importe, grand merci pour tout.

Comme d’hab, les rencontres, c’était la meilleure partie. Parmi les étudiants, nous en recroiserons certainement l’année prochaine durant nos études. Certains deviendront peut-être des stars que je ne verrai qu’à travers le Newsfeed.

Là, nous venons d’embarquer dans un Elon-X pour Uranus. Nous y passerons les fêtes de fin d’années. Bref, le voyage continue.

À plus pour d’autres nouvelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s