15 — Première semaine

7 octobre 2299

Chères toutes et chers tous. Comment allez-vous  aujourd’hui ?

Voilà notre première semaine de croisière accomplie. Nous sommes revenus sur Titan, de l’autre côté de Saturne. Ce fut une semaine fatigante, mais épanouissante.

Le dîner du commandant s’est, pour finir, terminé assez tard (alors que nous nous étions promis d’aller dormir tôt). Pourtant, le lendemain, nous avons dû nous présenter sur le pont avant tout le monde, pour préparer l’accostage de la ville de Rhéa. Notre travail consistait à coordonner la visite (s’assurer que chaque passager ait un hologuide, les aider à mettre leur connecteur à jour, etc.). Ce n’est pas bien dur, mais nous devions le faire. Et puis, cela permet de faire un peu connaissance avec les passagers.

Rhéa est surtout connue pour ses fontaines et ses centres de spa en anti-g. On ne l’appelle pas la Venise spatiale pour rien. Nombre de gens viennent aussi rien que pour se relaxer. Si j’avais les moyens (ou si un jour je les ai), je ferais pareil. La ville a construit le générateur d’eau le plus puissant du Système solaire. Des douches-fortes en impesanteur représentent pour certains la définition même du bonheur, mais aujourd’hui, mon objectif était d’aider les touristes à avoir des souvenirs plein leur connecteur. À voir leurs têtes, ce fut réussi. 

Rhéa, nous n’y sommes restés qu’une journée, mais la soirée fut longue, car pour Dionée (la prochaine étape), nous devons ouvrir le vaisseau, manœuvre qui prend une bonne partie de la nuit. Celui-ci s’ouvre à l’arrière pour former une grande plateforme qui peut accueillir les visiteurs. Nous nous situons à une distance identique à celle de Dionée-Jupiter, mais pas sur le même axe. Nous sommes beaucoup plus haut, ce qui permet d’admirer le pôle Nord de Saturne. Avec la lumière du soleil dans le dos, l’anticyclone hexagonal et les Anneaux, c’est l’un des moments vedettes du voyage. J’avais déjà vu des holos, mais les voir en vrai, via mon propre connecteur, cela change tout. On apercevait en outre d’autres lunes ainsi que plein de vaisseaux voyageurs.

Nous avons ensuite repiqué vers les Anneaux. Ce fut le deuxième moment fort du voyage. Nous les traversons de part en part évidemment, mais à une distance raisonnable pour voir chacun des gros gravats et météorites. Si les voyageurs ont de la chance, ils peuvent même voir des collisions en chaine à l’avant du navire. Malheureusement pour eux, cette semaine, il n’y avait rien. Heureusement pour moi, je vais y travailler deux mois. Je devrais bien en voir une sur cette période. 

Pour terminer, c’était Mimas. Mimas, c’est un gros caillou où en fait, il n’y a quasi rien à voir, excepté l’un des plus grands cratères du Système solaire. C’est la seule lune à disposer d’un le plus gros holo3D du Système solaire. Ils en ont fait une attraction visible jusqu’à même Titan. Tous les vaisseaux y accostent pour une reconstitution spéciale. Le nom du spectacle : « Le grand cataclysme  ». Cela en dit long. Moi mon job, c’est de connecter les gens, de les installer et des aider. Comme d’hab, quoi. Pendant que le spectacle se déroulait, j’allais préparer les combinaisons extravéhiculaires. Car oui, après le spectacle, on les sort tous. Moi, je suis restée à bord pour cette première semaine, mais Cédric les a accompagnés, donc je suppose que je pourrai y aller un jour. 

Enfin, nous sommes revenus à TitanCity (qui elle aussi a parcouru le tour de Saturne, mais de façon plus longue : – D). Ce matin, nous avons remercié les voyageurs, nous nous sommes reposés, nous avons accueilli les suivants. Puis nous sommes repartis.

Voilà notre travail pour les deux prochains mois. C’est bien sûr l’extase, car tout n’est que découverte pour un travail quand même un peu harassant par moments. Mais ici, les gens sont si agréables et sympathiques que je n’aurais pu rêver mieux. 

À plus pour d’autres nouvelles.