5 — Le Ski

26 août 2299

Chères toutes et chers tous. Comment allez-vous aujourd’hui ?

Bon, vous allez rire, mais c’était la première fois que je faisais du ski. On ne va pas très loin sur la Lune avec des montagnes d’à peine trois-quatre kilomètres et une gravité faible. Et puis, de toute façon, la Lune n’est pas terraformée comme Mars. Au plus proche, nous aurions dû aller sur Terre, mais le ski n’est pas non plus le truc de mes parents, alors… 

Le mont Olympe, c’est dix mille kilomètres de pistes, quatre cents stations de ski, douze kilomètres de descente en ligne droite, des restaurants de toutes les nationalités, mais surtout la gravité marsienne (qui vaut un tiers de la gravité terrienne). Je m’explique. Bien sûr, tous les lieux habitables (tel que les hôtels, les bars, et les trottoirs) possèdent une gravité artificielle terrestre via le gravisol (beauté du génie humain), mais le mont Olympe n’a pas été recouvert de plaque gravitationnelle rien que pour le plaisir sportif. Donc on skie à un tiers de la gravité. Cela fait moins mal quand on tombe :-D. Le plus marrant, c’est quand nous sortons du chalet. Passer d’une gravité terrestre à une gravité martienne, il faut un ou deux pas d’adaptation.   

Mais il faut que je vous présente les deux amis qui nous accueillent, Grétory et Cédric. Cédric, comme Yosméria, je le connais depuis belle lurette. C’est de lui que vient d’ailleurs l’idée de partir en vadrouille pendant un an. Son père avait fait la même chose quand il était jeune, il a trouvé cela génial et a encouragé Cédric à faire de même.

Grétory est apparu dans notre classe d’humanité. Il n’a pas grandi sur Terre, mais sur Mercure. Il était orphelin, et ses responsables ont préféré l’envoyer sur la Lune. En fait, il ne serait jamais devenu un de nos proches si Cédric n’avait pas tout fait pour sortir avec lui. Cela a tellement bien marché qu’ils ne se quittent plus jamais. Pour exemple, leurs connecteurs sont dans des demi-lunettes, sorte de monocles holo3D comme le mien, mais à moitié. Cédric porte la partie gauche, Grétory celle de droite. Si ce n’est pas mignon ! 

Au ski, ce sont les meilleurs. Pas difficile, ils viennent chaque année ici. Le chalet appartient d’ailleurs aux parents de Cédric. Comme eux sont doués et nous deux nulles (Yosméria n’est pas non plus une grande skieuse), nous nous séparons en deux groupes, puis nous nous retrouvons à mi-journée tout en haut pour manger tous ensemble. La caldeira est remplie de restaurants montagnards avec vue imprenable. 

Comme je me retrouvais souvent le cul dans la neige, je ne saurais vous dire si c’est mieux que sur Terre. D’après Cédric, les deux ont des avantages et des désavantages. Ici sur Mars, les pistes sont longues, chose difficile à trouver sur terre. Par contre, nous devons skier avec un casque intégral, car les plus hauts points sont sous-oxygénés. Mais les sauts sont trois fois plus grands et les figures plus impressionnantes (moi, je n’en suis pas encore là). 

Les soirées, nous les passons dans ces petits villages reconstruits d’antan. Ce soir, c’est d’ailleurs notre dernière soirée. Les amis nous emmènent dans la plus grande boite de la cité. C’est MJ Stak qui se produit. La nuit va être longue. 

À plus pour d’autres nouvelles.

4 – Les fossiles les plus anciens du système solaire