[5/10]Les batteries sont plates

Premier jour de l’an. Neuf heures du mat. Rien d’ouvert, à part quelques échoppes. Mangé, lavé, habillé, j’attrapai mon sac et me mis en route sans oublier mon casque de vélo fluo, car ce jour-là pour atteindre la première photo, mes pieds ne pourraient pas m’y emmener rapidement. Il me fallait un moyen à roues. N’ayant plus de vélo (tiens, au fait, la police de Schaerbeek, il en est où mon dossier pour le vol de mon vélo ?), j’utilisais ce que le bien commun mettait à ma disposition, le Villo (vélo partagé de Bruxelles).

Destination d’arrivée, L’Université libre de Bruxelles. Le chemin m’était connu, j’y travaillais de temps en temps. Par contre, il était rare de m’y rendre le premier jour de l’An, et encore moins l’un des jours les plus froids de l’année. Vingt minutes de vélo, certes, mais vingt longues minutes. Cela faisait longtemps que je n’avais plus fait de sport et cela se ressentait. Ma gorge s’était irritée et faisait mal. Mes mains piquaient au contact du froid givrant dû à ma vitesse de déplacement et ce n’était pas ma paire de gants simple qui empêchait le givre de faire son effet. Mais qu’importe, j’étais arrivé. Le premier cliché serait celui de l’oeuvre de l’architecte Bloome. Sa maison est sur le coin et reconnaissable assez facilement. Clic, c’était dans la boite.

La seconde étape était un peu plus bas, l’ancien café « Le Château ». L’ancien café est en fait devenu l’ambassade de l’Arabie Saoudite en reconstruction, avec des panneaux à tous les coins disant qu’on sera poursuivi en justice si on pénètre sur le territoire. Me couperont-ils la main pour une simple photo ? Clic-clac vite vite et je changeais de trottoir. Pas de voiture noire qui me suivait, ouf, je pouvais souffler.

ancien_cafc3a9_restaurant_le_chc3a2teau_avenue_des_phalenes_0_avenue_franklin_roosevelt86
Ambassade d’une grande démocratie.

Ixelles

Ma promenade dominicale continuait dans une nouvelle commune : Ixelles. Elle commençait juste derrière la petite ceinture de Bruxelles, coupait l’Université de Bruxelles en deux, et se terminait, sans raison entre deux rues banales. Mais par contre, elle allait m’apprendre un nouveau mot : une aubette.

Le plus drôle n’était pas le mot en lui-même (qui voulait simplement dire petit abri), mais comme je ne savais pas ce que c’était, j’avais mitraillé tout bâtiment qui se trouvait à proximité des coordonnées GPS pour enfin me rendre compte (merci DDG) de ce que c’était réellement. Effectivement, aubette, ce n’est pas un immeuble, c’était cela :

aubette_de_tram_place_marie_jose
La fameuse aubette.

Toujours dans le froid, j’arrachais mon gant de ma main avec mes dents pour pouvoir voir le prochain arrêt et puis le prochain, et puis le prochain jusqu’à l’arrivée à la prochaine commune.

Le mec a un château ?

Quand je lisais que la prochaine étape était le château Charle-Albert, je m’attendais à voir une vieille bicoque abandonnée aux couleurs gris-beige. Que nenni, le château Charle-Albert avait un côté néoréaliste sortant tout droit d’un parc Disney. Ses couleurs jaune-rouge et sa haute tour me faisaient plus penser à une princesse enfermée qu’à la cour d’un roi.

  • Au secours, aidez-moi !
  • J’arrive ma princesse !
  • Vite, mon prince, grimpez par mes longs cheveux.
  • Je m’y agrippe ma princesse !

SHRRRRRRRR (AAAAIIIIIEEE!!!!!)

  • Ma princesse, vos cheveux n’ont pas tenu.
  • JE SAIS CONNARD… JE SUIS CHAUVE.

Bon d’accord, j’ai passé l’àge de croire aux contes de fée, mais quand même.

chc3a2teau_charle-albert
Disneyland version Bruxelles.

Batterie

Et là, ce fut la fin, mais ce n’était pas mon appareil photo qui me lâchait le premier, non, mon GSM avait rendu l’âme. OsmAnd (l’application de géolocalisation) avait tué la batterie sans que je m’en rende compte. Je me sentais perdu, abandonné. Comment faire pour retrouver mon chemin dans cette jungle faite de béton, de macadam et de transports en commun ? Bon d’accord, j’exagérais un peu. En vrai, j’ai trouvé une station Villo et je suis rentré en pédalant.

Conclusion

Ce ne fut pas une grande journée de shooting (seulement 17 clichés), mais il y avait quand même un truc sympa, c’était de se perdre dans des rues et des parcs dont j’avais déjà entendu parler ou que je m’étais même contenté d’imaginer en passant pas loin (en courant lors des 20 kilomètres de Bruxelles, par exemples) et d’y aller voir de mes propres yeux. Dommage pour les batteries, car j’aurais pu continuer encore un bon bout de temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s