Savez-vous planter Raspberry à la mode de chez nous ?

Bon, c’est parti… Pendant plus d’une heure, mon clavier n’a plus que trois touches :  CTRL, V et C. Le site https://www.pestmeester.nl/ a bien fait cela, y a pas de questions majeures à se poser.

  • Initial Configuration -> OK
  • Delete the Pi user -> OK
  • Securing the Pi -> OK
  • Disable blablabla… -> OK
  • Firewall -> OK
  • Install Web server -> OK
  • Restart Raspberry… NOT OK. Eh, merde !

Mais qu’est-ce que j’ai encore fait ? Ni une ni deux, c’est reparti (et par reparti, j’entends chaque fois, re-brûler ma sdcard et refaire l’installe). Je réessaie une fois, deux fois, plusieurs fois. Toujours la même chose. Une instabilité croissante du serveur.

Je cherche sur internet et je tombe sur un article concernant les cartes de plus de 32 Giga. Quoi ? Raspberry n’accepte pas les cartes de plus de 32 Giga ? C’est une blague, ils ont aussi ré-implémenté le bug de l’an 2000 juste par plaisir du bon vieux temps ?

Bon essayons avec une autre carte plus petite alors (16G – tant pis pour l’espace dans un premier temps, on verra après).

  • Brûler la carte et redémarrer… OK (dd-command, quand tu nous tiens).
  • Étendre la mémoire et redémarrer…OK.
  • Sudo apt-get update && sudo apt-get dist-upgrade && sudo reboot … OK.
  • Install stuff… OK.
  • Redémarrer … NOT OK. (Cela devient un complot. Si si, la NSA fait tout pour que cela n’arrive pas.)

On recommence, ddg (qui va commencer à en avoir marre que je sois son ami) me fait tomber sur un post de forum (que je n’ai pas sauvegardé) mais qui dit en gros que l’alimentation n’est pas géniale si cela vient d’Angleterre et rend instable le Raspberry. Il vaut mieux changer le câble et la prise USB pour un adaptateur européen (nous produisons Européens M.).

Effectivement, le câble n’était pas terrible. Donc moralité :

  • Ce n’était pas la carte de 128 Giga. Je suis bon pour tout recommencer.
  • Je peux vivre en ayant perdu 16 euros pour une carte qui ne me servira plus jamais.  (-_- !!! Je vais bien, tout va bien).

Conclusion

Alors qu’est-ce que cette semaine de stress m’a appris ?

  • Que si l’erreur n’est pas entre la chaise et le clavier, c’est qu’elle est entre la prise et le serveur.
  • Docker : En cherchant pourquoi cela plante et le rapport avec toutes les lignes de commandes qu’il faut taper, je suis tombé sur Docker qui est un moyen simple de virtualisation. Malheureusement, l’expérience s’est arrêtée très vite pour plusieurs raisons :
    • Les concepts à avoir pour pouvoir utiliser Docker sont irréalistiquement grands par rapport à ce que je veux faire. (Img vs container vs volume,  Read only, etc…)
    • Pour Raspberry, il n’y a pas encore grand-chose à part des containeur pour faire tourner … Raspbian dans lequel il faut faire toutes les installations.  Cela m’éviterait de faire dd mais taper des lignes de codes en consoles ou bien dans un fichier…
  • YunoHost :  venant du site : »YunoHost est un système d’exploitation serveur visant à simplifier l’auto-hébergement de services Internet ». En clair, en 2-3 lignes de commandes, j’ai accès à l’installation d’énormément de services dont beaucoup m’intéressent (voir les apps ici).

Après trois jours de réflexion (dont deux jours de méditation transcendantale), YunoHost va (théoriquement) me faire gagner beaucoup de temps. Je décide donc de changer mon fusil d’épaule. YunoHost me voilà.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s